Cauchemar du logement à Londres : La vérité sur nos 5 déménagements

Logement_Londres



Je vais vous raconter une histoire, ou plutôt un cauchemar… que nous (mon chéri et moi) avons fait plusieurs fois…

C’est l’histoire de notre épopée pour trouver un logement à Londres et surtout pour réussir à le garder. Nous avons vécu dans 5 logements différents à Londres en moins de 3 ans. Vous n’arrivez pas à me croire?! Pourtant je vous promets toute la vérité, rien que la vérité. Et j’espère que notre expérience vous sera utile! Heureusement, toutes les situations ne sont pas identiques. Préparez-vous une boisson chaude, ça risque de prendre un peu de temps!

Comment en est-on arrivés à déménager 6 fois en moins de 3 ans? Oui, vous avez bien lu!

La vie en expatriation n’est pas toujours de tout repos et j’avoue qu’avec six déménagements en moins de 3 ans, lorsqu’on me demandait ce que je faisais dans la vie, j’étais tenter de répondre : « je défais et je refais des cartons! », parce que j’avais l’impression d’être tout le temps en train de déménager… et que ce n’était pas qu’une impression! C’était notre première expatriation (puisque nous venons maintenant d’emménager au Canada) et en arrivant à Londres, on n’avait pas d’expérience de la vie à l’étranger ou de la vie dans une grosse capitale. Voici le récit de notre histoire du logement à Londres, je vous souhaite d’écrire la vôtre différemment.

 

Trouver une chambre en colocation à Londres

Lorsque j’ai rejoint mon chéri, parti tenter sa chance à Londres pour démarrer sa carrière, je venais de France où j’étais à mon compte. Lui, venait de débuter un travail, après une période sans emploi après ses études. Autant vous dire que nous n’avions pas les meilleures cartes pour aller voir une agence : pas de fiches de salaire, pas de relevé de compte en pounds avec de l’argent sur le compte, pas de garant vivant en Angleterre… A part un contrat de travail temporaire et la lettre de référence de son employeur, nous n’avions pas les papiers qu’ils voulaient et notre compte en euros ne trouvaient pas grâce à leurs yeux, car… il était en euros!

Autant dire que malgré toute notre bonne volonté, on se sentait rejetés par un système n’offrant pas sa chance aux débutants! Une alternative possible aurait été de louer directement auprès d’un propriétaire mais peu d’entre-eux font les visites eux-mêmes et ils préfèrent laisser la gestion aux agences. C’est donc un coup de chance si vous voyez une annonce mise en ligne par le propriétaire.

Banlieue_LondresPar la force des choses, nous avons décidé de prendre une chambre en colocation. Mon chéri avait réussi à décrocher son premier job dans son domaine après plusieurs mois de recherche, on allait rester quand même! Après avoir vécu en couple dans un 3 pièces avec terrasse et jardin, sur l’île de la Réunion, on apprend vite qu’il ne faut pas comparer des qualités de vie… incomparables, et on espère que ça change vite!

Comme la vie est très chère à Londres et que chacun essaie de s’en sortir comme il peut, notre chambre était en fait le salon de la colocation, et dans la cuisine il y avait un petit coin salon. Ces changements étaient illégaux par rapport au contrat de location, qui stipulait que les pièces devaient garder leurs fonctions premières. Nos deux colocataires étaient inscrits sur le bail et nous sous-louaient le salon-chambre. Compte-tenu du prix du loyer, ils ne pouvaient pas s’en sortir sans sous-louer cette chambre! C’est le bouche-à-oreille qui nous avait conduit vers les locataires et avec le recul, ce n’est pas notre meilleure décision.

Nous y sommes restés plus de 6 mois jusqu’à ce que l’agence décide de faire une inspection. Ils ont le droit de le faire s’ils préviennent à l’avance. Branle-bas de combat, il nous fallait tout remettre en place comme si c’était un salon et qu’il n’y avait que deux chambres! Heureusement, ils doivent annoncer quel jour ils passent… Après cette mascarade, nous nous sentions sur la sellette et la situation était loin d’être confortable! L’agence a senti qu’il y avait quelque chose qui clochait et nous nous doutions qu’elle ne nous laisserait pas en paix. Nous savions qu’avec notre dossier anglais, nous ne pouvions toujours pas prétendre à des appartements loués par des agences, et la colocation n’était plus pour nous, non merci!

Il y a peu d’appartements loués directement par les propriétaires. Et alors que l’on commençait à réfléchir à comment trouver une solution. L’agence a fait une deuxième inspection et elle a rendu son verdict : elle a demandé à ce que les pièces retrouvent leurs fonctions d’origine sous… 7 jours! Évidemment à chaque inspection, nous étions absents car nous ne pouvions pas dire que nous vivions là, et nous avons vécu la situation à travers les récits de nos colocataires. 7 JOURS! Au moins ça nous obligeait à quitter cette colocation et à trouver mieux. Mais était-ce possible et en 7 jours, comment allions-nous faire?!

Vivre chez des amis à Londres

Et heureusement, nous avons eu beaucoup de chance. Un ami a obtenu un contrat à Singapour, au départ pour un mois. Il nous a proposé d’occuper l’appartement qu’il occupait avec sa famille pendant leur absence. Cela nous laissait un mois pour trouver un appartement, et cette fois, cela me semblait possible! Intense mais possible. Nous avons donc déménagé nos cartons et nos quelques meubles chez eux, en sachant que rien ne servait de les déballer! Finalement, son contrat a été prolongé et il revenait un mois après de Singapour pour déménager toutes leurs affaires…

Un appartement en banlieue à Londres

Nous avons fini par trouver un appartement directement auprès d’un propriétaire qui venait de le refaire et qui l’aurait fini juste à temps avant qu’on emménage. Il nous a demandé une caution d’un mois de loyer, que nous avions tout juste économisée, la lettre de référence de l’employeur et de passer par un organisme accrédité pour vérifier que l’on avait assez d’argent pour payer le loyer. La vérification nous a coûté £75 mais nous n’avions pas de frais d’agence (hourra!) et le dossier a été accepté.

L’appartement, composé d’une cuisine, d’un salon et d’une chambre était situé dans le Nord-Est, près de la Circular Road (un peu comme le périph’) entre les stations Bounds Green et Palmers Green dans le district d’Enfield. Nous habitions à environ 1h de métro + marche du centre-ville, et malgré cette concession de la distance à faire, nous avions un appartement spacieux et nous espérions bien ne plus en bouger, jusqu’à ce qu’on quitte Londres.

Partir de Londres, c’était une évidence. Si la ville est superbe quand on la visite en tant que touriste, la vie sur place coûtait bien trop chère par rapport à nos revenus! Il nous fallait attendre 3 ans d’expérience pour que la carrière de mon chéri soit bien en route et que l’on ne vive plus ce genre de galères.

Notting_Hill_Londres

Si vous avez bien suivi notre cauchemar du logement à Londres, nous avons déménagé déjà 3 fois.

Nous nous sommes bien installés, sans vraiment nous investir dans ce nouveau logement. Les trajets en métro étaient pesants pour ma moitié, qui faisait les allers-retours chaque jour. Mais il était prêt à les faire pour rester dans ce logement. C’est à ce moment là, qu’il s’est mis à la lecture de livres audio disponibles via Audible sur téléphone, car à l’heure de pointe dans le métro, c’est compliqué de garder un livre ouvert, et il pouvait continuer sa lecture en marchant. Je n’avais plus du tout l’impression de vivre la vie londonienne, mais d’être dans une banlieue reculée avec une vie de village.

Quelques mois plus tard, ma sœur est venue nous rendre visite et voulait à tout prix voir une comédie musicale sur Piccadilly Circus pendant son séjour, ce que je comprends! Nous sommes allés voir Aladdin, un soir de semaine. Mon chéri nous a rejoint directement du boulot, et là il m’annonce que notre propriétaire a téléphoné et il veut récupérer l’appartement. On a deux mois pour… faire nos cartons. Dans deux mois ça aurait fait un an… Autant vous dire que j’étais effondrée, même si j’ai profité du spectacle, j’aurais préféré qu’il me le dise à la fin! La raison invoquée est qu’il souhaitait faire des travaux. Je n’ai jamais compris pourquoi alors que tout était comme neuf quand on est arrivés. A part pour aménager les combles, je ne voyais pas de quels travaux il pouvait bien parler… Je n’en ai jamais su plus et j’étais tellement déçue de cette vie à Londres, que je ne cherchais plus à comprendre.

Appartement_Londres

A la recherche d’un studio meublé dans le centre de Londres

C’était décidé, on prendrait un meublé cette fois et on se débarrasserait des choses encombrantes! Il, nous restait un an à vivre à Londres, selon notre plan, alors tant qu’à faire on se rapprocherait du centre-ville pour avoir la sensation d’habiter à Londres et pas dans la campagne 😉 Cette fois, je me suis renseignée sur les possibilités de location de studios meublés et j’ai trouvé un organisme qui avaient des immeubles dans le quartier de Bayswater, à deux pas de Notting Hill, le quartier où nous avions vécu un mois chez nos amis. Cette fois, notre relevé de compte en euros ne posait plus de problème et il a été pris en compte en plus de celui en pounds… allez savoir pourquoi! En plus de la caution d’un mois réglementaire, nous avons versé des frais de gestion réduits car ce n’était pas une agence typique. On a évidemment demandé si on pouvait habiter un an sans problème puisqu’on prévoyait de partir de Londres dans un an.

On a emménagé dans un studio en sous-sol, côté-cour. Ceux-ci sont courants à Londres et sont moins chers. Lorsqu’ils sont en façade, côté rue, vous devez franchir une grille et descendre un escalier étroit pour y accéder. (Quand vous passez au rez-de-chaussée, c’est que vous avez eu une augmentation!) J’ai trouvé qu’on était encore trop chargés quand on a déménagé et pourtant on n’avait quasiment plus que les essentiels… Mais on n’avait pas à se plaindre, le quartier était plus proche du boulot, à 20 minutes environ et on était à deux pas des magasins où faire les courses et à quelques minutes de Hyde Park, un magnifique parc, où je suis allée me ressourcer en observant la faune et la flore au fil des saisons.

 

A la recherche d’un studio près de Hyde Park à Londres

Logement_meublé_LondresQuatre mois après s’être installés dans ce nouveau quartier, nous apprenons que l’immeuble doit être vidé par ses occupants car il a été vendu, et que chaque locataire est prié de quitter son logement après la période de 6 mois garantie par le contrat de location (qui devait ensuite être renouvelable mois après mois). A ce moment là, je sais que ce n’est pas une blague et pourtant je me dis que c’en est une, ça ne peut pas être autrement! On aura tout eu! A peine arrivés, il nous faut de nouveau chercher un nouveau logement…

Le positif maintenant, c’est qu’on avait tous les papiers que les agences réclamaient, nous étions dans les clous, enfin mon mari. L’agence a refusé de faire apparaître mon nom sur le bail car je ne pouvez justifier d’aucun revenus anglais, même si nous étions mariés. Nous n’avions aucune facture à notre nom car tout était inclus dans le loyer (électricité, eau, council tax, c’est la taxe d’habitation à payer chaque mois, internet). Donc sur les papiers, c’est comme si je n’existais pas! Cette situation est plutôt désagréable, et intenable pour faire les changements d’adresse.

Et oui, entre tous ces déménagements, nous préparions notre mariage à distance en France. Pas tout-à-faits sereins les préparatifs… mais cela ne nous a pas gâché la fête! Et puis c’était presque devenu mon boulot à plein temps de trouver un logement, préparer nos affaires pour les déménager et faire les changements d’adresse…

Nous ne voulions pas changer de quartier, mais celui-ci étant très recherché, nous n’avons pas fait la fine bouche quand nous avons trouvé un petit studio (en gros, une chambre avec cuisine intégrée) en dernier étage. Le dernier étage dans un immeuble victorien signifie beaucoup de marches à monter dans une cage d’escalier étroite, sans ascenseur. Nous avions encore bien trop de choses, tout en nous étant déjà beaucoup délestés… Nous nous sommes rendus compte que même pour six mois, alors que nous savions que c’étaient les derniers mois ici, nous avions choisi un studio trop petit pour deux. Tout rentrait dans les placards, ce n’était pas le problème. Nous avions pris l’habitude de vivre dans des petits appartements, mais là nous tombions de haut en ayant l’impression d’être tombés bien bas! Le décompte des jours avant de partir dans un nouveau pays était enclenché. Et heureusement, Hyde Park, et ses animaux, étaient toujours à côté.

Notre départ vers une nouvelle aventure à Vancouver, au Canada

Nous avons rendu les clés de ce studio le jour de la fin de notre engagement de 6 mois, direction la France dans un premier temps, le temps de savoir dans quel nouveau pays nous allions partir. Nous y sommes restés un mois pendant lequel, en 15 jours, nous avons dû préparer notre départ pour le Canada! Cette fois, c’est avec deux valises et deux sacs-à-dos que nous avons atterri : l’essentiel, rien de superflu. Ces premières années d’expatriation nous ont appris à devenir minimaliste. A l’occasion, je vous parlerais de ce que j’emporte désormais en expatriation.

Kitsilano_Beach
Plage de Kitsilano à Vancouver, CA

En conclusion

Nous avons quitté Londres sans regret, même si la ville est très belle et qu’il existe des milliers de choses à faire, la vie quotidienne là-bas nous a épuisés! Nous avons certainement joué de malchance mais nous avons aussi entendu d’autres personnes nous raconter des histoires similaires (tout en ayant déménagé moins souvent que nous!). Maintenant vous serez préparé au pire, alors profitez du meilleur!

Pour éviter les mauvaises surprises et comprendre comment fonctionne la location à Londres, savoir lire les annonces et le bail (comprendre le vocabulaire du logement) et trouver une camionnette pas chère pour déménager dans Londres, je vous ai préparé un autre article où je ne vous raconte plus ma vie, je vous transmets juste des informations !

Voici l’image à épingler sur votre tableau Pinterest :

Expérience_Logement_Londres

Pour comprendre les annonces, le bail, les charges… :

Chercher_logement_Londres


Vous avez aimé cet article, partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En cochant la case ci-dessous, je confirme que j'ai lu et que j'accepte la Politique de confidentialité