S’installer à Son Compte en Espagne et en Famille | Coralie

Coralie, installée en famille en Andalousie. (Photo de Coralie)

Bonjour Coralie, tu es expatriée en Espagne…

Arrivée en Italie comme étudiante Erasmus, j’ai déménagé en Espagne en famille. J’ai 35 ans, mon mari 41 et nos filles 9 ans et 1 an.

Dans cette interview, vous découvrirez :

Pourquoi Coralie a quitté l’Italie, son premier amour, pour l’Espagne.

Quelles démarches effectuer pour s’installer en Espagne.

► Comment se passe la journée d’un enfant en Espagne.

Son expérience de vie à Grenade et ses coups de coeurs.


Merci beaucoup Coralie de partager avec nous ton parcours à l’étranger et de nous livrer tes bons conseils pour s’expatrier en Espagne. Retrouvez-la aussi sur son blog multiculturel où elle parle de voyages, de leur vie en Andalousie et à l’étranger.


Pour mieux te connaître, commençons avec ton « Portrait chinois de Proust » !

  • Ton idée du bonheurAvec ma famille en train de rêver à de nouvelles aventures
  • Ton mot préféré : Maman
  • Ton occupation feel good : Lire
  • Ton plat préféré : La Carbonara (la vraie, celle que tu manges à Rome !)
  • La prochaine chose que tu veux cocher sur ta bucket list : Pas mal de choses ont été mises en stand-by cette année. Du coup, je ne sais pas. J’ai trop de choses à cocher !
  • Ta lecture en cours : Le Voyage de Pénélope de Marie Robert
  • Ton plus beau souvenir de voyage : Les sensations, les odeurs, les rencontres.
  • Ta fleur préférée : La rose rouge. J’aime le côté fragile et défensif de la rose.
  • Ton animal totem : Le cheval
  • Ton moment créatif : Les activités avec les enfants
  • Ta destination de rêve : Pour voyager ou pour vivre ? 
  • Ta musique motivante : I wanna dance with Somebody.
  • Ton moment de gloireÀ la télé italienne, pour parler du rôle de la femme en Italie !
  • Ta devise : Crois en toi ! Je me le répète, je le répète à ma grande.

Où vis-tu en ce moment ? As-tu déjà vécu à l’étranger auparavant ?

Je suis avec ma famille en Espagne depuis août 2013 et à Grenade depuis 2014. Je vis à l’étranger depuis 15 ans.


Parles-tu plusieurs langues ?

En plus du français, je parle italien, anglais et espagnol. 


Peux-tu nous dire pourquoi tu as choisi de t’installer en Italie puis en Espagne ?

L’Italie est mon pays de cœur depuis toute petite. Encore aujourd’hui, c’est mon vrai pays d’adoption, mon premier amour. Mon mari qui est Britannique partage ce même sentiment envers l’Italie. On parle entre nous italien et la culture dominante à la maison est l’italien. 

L’Espagne a été un choix de la maturité si on peut dire. On connaissait Valence (notre premier voyage en amoureux) et on souhaitait évoluer. Rome en famille ne correspondait plus à nos attentes. L’Espagne nous semblait plus accessible. On voulait un pays de la Méditerranée et un pays neutre. On a tout de suite pu développer notre business. Et la qualité de vie en Espagne est excellente. Pour les enfants, ce pays offre énormément. Nous sommes arrivés à Grenade sur un coup de cœur. On a fait un road trip en Andalousie et on est tombés amoureux de Grenade. C’était au mois de mars 2014. 5 mois après, on déménageait.

partir-vivre-a-rome
Partie en Erasmus en Italie, Coralie vit désormais en famille en Andalousie. (Photo de Coralie)

Tu trouves que l’Espagne offre beaucoup aux enfants. Comment cela se manifeste-t-il ? 

Il y a beaucoup de parcs. Les activités extra scolaires sont à des prix abordables. Les enfants sont acceptés partout, au restaurant, au bar. L’Espagne est un pays kid-friendly. Les mamans allaitantes ne sont pas montrées du doigt. À Grenade, on se retrouve entre parents pour prendre des tapas et les enfants jouent entre eux sur la place avec un ballon sans que ça choque les adultes. 

Par contre, il n’y a pas d’aides comme en France. Par exemple, la prime rentrée n’existe pas en Espagne. À partir de 3 enfants, les familles commencent à toucher des aides.  


Comment se passe la journée typique d’un enfant en Espagne ? Peux-tu nous parler de l’école ? Est-ce différent de ce que tu as connu en France ?

J’ai rédigé un article sur l’école en Espagne et surtout sur ce que nous connaissons, à savoir Grenade. Ici, l’école est de 9 h à 14 h et l’après-midi est consacré aux devoirs et aux activités extra. En règle générale, un enfant a une activité par après-midi. Cela veut dire que les parents ou les grands-parents doivent être disponibles. C’est pour nous la partie négative du système.

Notre fille qui est en CM1 (elle vient d’avoir 9 ans) termine à 14 h, déjeune, fait ses devoirs (en moyenne 2 h) et va aux activités qui sont souvent le soir. Il y a peu de temps libre. Par ailleurs, il y a beaucoup moins de vacances scolaires dans l’année. Les vacances sont celles de Noël, une semaine à Pâques et les Grandes Vacances (qui durent presque 3 mois. N’oublions pas que dès juin, les températures sont à 35 !).

La grosse différence reste pour nous, les horaires. Ici, ce n’est pas anormal que les enfants se couchent après 22 h. Il n’y a pas longtemps, l’école de musique a dû changer le cours individuel de piano de notre fille et nous a proposé comme nouvel horaire, 20 h 15 ! On a répondu que ce n’était pas possible car cela signifiait qu’elle n’était pas à la maison avant 21 h 30. On a bien compris que pour l’école, ce n’était pas un problème !

Partir-vivre-en-Espagne-Grenade
Coralie et sa famille ont choisi de s’installer en Andalousie, un coup de coeur. (Photo de Coralie)

Et toi, que fais-tu dans ce pays ? Quelles sont tes occupations professionnelles et non-professionnelles ?

Je suis traductrice. Mon marché est principalement l’Italie. Je créé également des contenus pour certaines petites entreprises italiennes et espagnoles qui souhaitent s’implanter en France et qui ont besoin d’une bonne connaissance du pays. Un produit se vend différemment d’un pays à l’autre, la communication sera donc différente. Mon mari aussi est traducteur. On forme une belle équipe. Avec les années, notre activité s’est développée et on compte aujourd’hui des collaborateurs Espagnols, Italiens et Allemands.

En plus de mon travail, j’écris pour l’édition andalouse du Petit Journal et avec mon mari, nous écrivons aussi des histoires multiculturelles pour enfants.

Je suis aussi maman. Cela m’occupe pas mal ! J’ai la chance, on a la chance, de voir nos filles grandir, d’être présents pour elles. On adore passer du temps en famille et vivre de nouvelles aventures.


Pour celles et ceux qui voudraient travailler à leur compte en Espagne, comment se passent les démarches ?

La première chose est d’obtenir le NIE (NIE – Número de identificación Extranjero). Une fois que l’on est en possession de ce petit numéro, on peut faire toutes les démarches en Espagne et donc, se mettre à son compte.

Je conseillerai de prendre un gestor. Cette personne va s’occuper de tout : de l’inscription à Hacienda (les impôts) à la Sécurité Sociale. Faire appel à un gestor a un coût mais cela permet de ne pas faire d’erreur. Il y a une multitude de codes et de papiers à remplir. La moindre erreur peut vous coûter cher ! Il y a sur Facebook un super groupe d’entraide : Les autónomos francophones

On paie tous les mois une cotisation. Au début, cette cotisation est d’environ 60 euros et au bout de quelques mois, elle passe à 285 euros. Certaines catégories bénéficient d’une cotisation minorée pendant plus longtemps. Par exemple, mon mari est passé à 285 euros avant moi car j’étais une femme de moins de 35 ans. Actuellement, je paie moins parce que j’ai un enfant de 13 mois. 

En plus de cette cotisation, nous versons chaque trimestre 20 % de nos revenus sur les 3 derniers mois et en mars de chaque année, nous faisons notre déclaration. 

Est-ce assez facile de s’y installer quand on vient d’un autre pays d’Europe ?

Il est très facile de s’installer dans un pays de l’Union Européenne quand on vient d’un autre pays de l’UE. Parler la langue est un plus pour les démarches parce que le jargon administratif est compliqué n’importe où ! Nous sommes passés de l’Italie à l’Espagne très facilement. Pour les Français, je recommande de s’inscrire au Consulat du pays d’installation pour tout ce qui est lié à l’administration française : passeports, dossier de mariage, déclaration de naissance, etc.


Dis, c’est comment d’être expatrié en Espagne ?

Si tu n’y étais pas allée, tu n’aurais jamais…

Accouché de ma deuxième fille à Grenade. 

Ce qui te redonne la pêche, c’est…

 Les fêtes andalouses, le flamenco, les couleurs.

Ce qui te paraît facile à vivre, c’est…

La vie. Les gens savent profiter de la vie ici et faire la fête.

J’arrive demain, tu m’emmènes où en premier?

 Voir le coucher de soleil sur l’Alhambra et la Sierra Nevada depuis le Mirador San Nicola.

Un conseil avant de venir en Espagne ?

En été, il fait très chaud et en hiver, il peut faire très froid à Grenade. 

Ton endroit nature préféré, c’est…

la Sierra Nevada. 

Une spécialité culinaire ?

Le Pionono, un dessert.


La grande aventure de l’expatriation

Un cliché d’expat’?

Qu’on ne s’intègre pas. Ici en Andalousie, il y a beaucoup d’expats qui viennent pour le soleil et la plage et qui restent entre eux. Du coup, on nous met un peu tous dans le même panier. 

Ta plus belle rencontre

Mon mari à Rome. Sans cette rencontre, ma vie aurait été différente. 

Si tu pouvais donner un conseil à quelqu’un qui veut se lancer dans l’aventure de l’expatriation, ce serait…

de croire en soi. Il y a des moments difficiles et des moments de doute. Il faut trouver de la force pour se relever et profiter pleinement de cette merveilleuse aventure qu’est l’expatriation.

Dans ton kit de survie, il y a….

Mon mari, mes filles, des bouquins et des jeux de société. Je sais que mon mari emmène son couteau suisse avec lui. Ouf !

Un livre à prendre dans ses bagages ?

 L’autobiographie de Michelle Obama. 


Continuez d’explorer l’Europe et l’Espagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En cochant la case ci-dessous, je confirme que j'ai lu et que j'accepte la Politique de confidentialité