Comment Choisir Et Utiliser Les Couches Lavables ? Notre Expérience

Classé dans : FAMILLE, SANTE, VIE QUOTIDIENNE | 0
couches-lavables-notre-experience-avec-bebe

Les couches lavables : Oui ? Non ? Peut-être ? Vous hésitez ? La première question que l’on se pose souvent c’est : comment choisir et utiliser les couches lavables ? 

Lorsqu’une amie enceinte m’a demandé mon avis concret sur les couches lavables, je me suis dis que  notre expérience pourrait aider d’autres futures maman aussi !

C’est enceinte au Canada que je me suis intéressée aux couches lavables, bien plus utilisées là-bas. Au départ, l’idée me rebutait un peu, j’avais l’impression de faire un pas en arrière et de revenir au temps de ma grand-mère. Mais ma conscience écologique ne me lâchait pas, alors j’ai cherché le système de couches en tissu qui pourraient me convenir ainsi que le temps et l’énergie que ça pourrait demander. J’étais également encouragée par mon mari plus motivé que moi au départ. Nous y avons aussi été sensibilisés lors des cours pour se préparer à l’accueil de bébé. 

Spoiler alert : Nous avons commencé à utiliser les couches lavables dès que notre fille a eu 15 jours. Nous avons arrêté lorsqu’elle a commencé à marcher. Découvrez pourquoi à la fin de cet article. Je témoigne de notre expérience et je serais heureuse d’en savoir plus sur la vôtre.

On a sauté le pas ! Pourquoi pas vous ? Je vous explique tout. Mais d’abord revenons-en aux motivations…


3 bonnes raisons d’utiliser les couches lavables


1. Les couches lavables sont hyper économiques

couches-en-tissu-comment-les-choisir

J’avais acheté un ensemble de couches en tissu d’occasion à une maman. N’étant pas certaine d’avoir l’énergie de m’en occuper, je ne voulais pas investir une grosse somme si elles restaient au placard…

Finalement, on les utilise et elles font partie de la routine !

Pour une vingtaine de couches j’ai dépensé à peine 80 euros ! Vous penserez peut-être que d’occasion, ce n’est pas hygiénique, mais ce sont des couches lavables ! Bien lavées, il n’y a aucun risque. Je n’ai pas regretté car ça m’a permis de les essayer (et d’essayer plusieurs marques) sans me ruiner !

Retrouvez un tableau comparatif des prix des couches jetables et des couches lavables, vous gagnerez au change !

 


2. L’impact environnemental des couches en tissu est faible

Je n’ai aucun remord à changer une couche lavable qui semble peu souillée par bébé, alors qu’une couche jetable, je la jette en regrettant qu’elle n’ait pas beaucoup servi : ma conscience écologique qui revient à la charge en me faisant culpabiliser !

De plus, ayant acheté mon stock de couches en seconde main, je considère avoir été doublement efficace pour faire ma part pour la planète !

Les détracteurs vous diront que fabriquer une couche en tissu demande des ressources, certes, mais pour fabriquer des couches à usage unique aussi il faut des ressources.

 

3. Les couches jetables seraient mauvaises pour la santé

Les fabricants de couches jetables sont encore obscurs sur leur composition. De nombreuses substances chimiques et toxiques semblent utilisées sans que nous n’en ayons connaissance. Acheter moins de couches jetables, c’est se rebeller face à ce système, montrer son désaccord et surtout préserver la santé de bébé (et la planète, encore elle). Heureusement, d’autres sont plus transparents et affichent la liste des ingrédients ou sont labellisés avec l’écolabel européen.

Certains hôpitaux utilisent désormais les couches lavables uniquement. Cela permet en plus des raisons mentionnées ci-dessus de créer de l’emploi car des gens travaillent pour les réutiliser à l’infini, enfin jusqu’à usure complète! Des services de nettoyage vous permettent de les utiliser sans contrainte puisqu’ils viennent chercher vos couches lavables à domicile et vous les rendent propres (système qui n’existe malheureusement que dans certaines grandes villes).


EN PRATIQUE, les couches lavables comment ça fonctionne ?


1. Les différents types de couches lavables

Quand j’ai cherché des infos sur les couches lavables, je me suis sentie noyée. Il existe différents types de couches et en fait ce n’est pas compliqué.

FERMETURE : Il y a les couches qui se ferment avec du velcro (le même principe que les couches jetables) et celles qui se ferment avec des pressions (dans ce cas on règle la taille et les jambes, on ferme donc trois pressions). 

Mon mari est plus à l’aise avec les couches à pression, qu’avec les couches à velcro. Du coup, il préfère utiliser les couches lavables.

SYSTÈME : Il existe trois systèmes :

1. Il y a les sur-couches dans lesquelles on met un tissu éponge (souvent plié en trois) dans la pochette élastiquée.

2. J’ai choisi les couches avec une pochette en tissu polaire dans lesquelles on insère un ou deux morceaux de tissu éponge. L’ensemble se démonte et sèche plus vite que le système suivant.

3. Il existe un système tout-en-un où on n’a pas de manipulation à faire, dans ce cas la couche entière va au lavage. Elle est donc plus épaisse pour sécher.

TAILLE : Quel que soit le système, le popotin de bébé a l’air plus gros qu’avec une couche jetable (même en grandissant). Les tailles uniques sont encombrantes pour les nouveaux-nés mais semblent pouvoir être utilisées très longtemps. Je ne les ai pas mises dès la naissance car trop grandes pour ma crevette !

couches-lavables-fermeture-a-pressions
Les couches lavables avec fermeture à pressions

2. L’humidité / l’absorption des couches lavables

L’avantage du système à pochette, c’est que je peux gérer les besoins en tissu absorbant. Par exemple, au début je ne mettais qu’un tissu dans la pochette et depuis que bébé a 3 mois, j’en mets deux.

Nous n’avons eu que très peu de fuites. En fait, les fuites ont eu lieu quand bébé était tout petit et que ses cuisses n’étaient pas encore assez grosses pour certaines couches. En effet, dans le lot d’occasion que j’avais acheté, il y avait plusieurs marques et toutes les couches étaient à pressions. Le réglage est donc possible en fonction de la disposition des pressions. Je pense que ce problème de fuites ne devrait pas arriver avec des couches à velcro, mais je n’ai pas eu l’occasion de les essayer.

Le tissu polaire des couches à pochettes ou tout-en-un permet de faire barrière et bébé n’est pas mouillé mais l’humidité est plus importante qu’avec les couches jetables qui peuvent parfois sembler sèches. Du coup, j’ai tendance à changer la couche un peu plus souvent.

J’ai choisi de garder les couches jetables pour la nuit et certaines sorties (et oui je ne suis pas parfaite !). J’ai l’impression que bébé est plus au sec pour une longue durée. Et bien que certaines mamans ait leur organisation pour transporter une couche souillée dans un sac dédié, je n’en suis pas là.

 

comment-utiliser-couches-lavables
De toutes les couleurs, avec ou sans motifs !

3. Le nettoyage des couches lavables

Nous rinçons toujours les couches avant de les mettre dans le sac perméable dédié. Il est dans la même matière que les couches et peut être placé directement dans la machine (sans en sortir les couches). Pour les selles, on jette le plus gros dans les toilettes avant de rincer la couche. 

Ils existent des rouleaux de lingettes / voiles à déposer dans le fond de la couche pour récupérer les selles et jeter le tout dans la poubelle. (Même s’il est dit sur l’emballage qu’elles peuvent être jetées dans les toilettes, il faut les mettre à la poubelle car vous risquez d’avoir des soucis de toilettes bouchées.)

Nous avons une vingtaine de couches. Je fais deux tournées de couches par semaine, en mettant le sac en machine aussi. Je les lave à 40° pour ne pas abîmer les élastiques, en cycle long (2h30 environ). J’utilise de la lessive classique (avec l’Ecolabel européen) et j’ajoute un godet de vinaigre blanc (aux vertus anti-bactériennes). Elles ressortent toujours propres. Je n’ai jamais eu besoin de relancer la machine. Il n’est pas nécessaire de les laver à plus haute température.

Je sais que certains parents ne rincent que les couches avec des selles avant de les mettre en machine et font un programme de pré-lavage de toutes les couches avant le lavage, mais avec le programme long, je n’en ai jamais eu besoin. Certains parents ajoutent aussi leur linge après le pré-lavage. Chacun gère comme il l’entend et vous retrouverez souvent les bonnes pratiques de lavage sur le site du fabricant.

Pour le séchage, le mieux est de les faire sécher au soleil pour les blanchir. Certes, on n’a pas toujours la chance d’avoir du soleil ou un extérieur. 

 

combien-acheter-couches-lavables
Nous avons 20 couches lavables, soit deux machines à laver par semaine.

4. Le temps et l’énergie pour s’occuper des couches lavables

Les couches lavables sont devenues une routine. Si vous décidez de rincer les couches au fur et à mesure comme nous, cela prend 2-3 minutes après le change de bébé. Le hic, c’est qu’il faut poser bébé pour s’en occuper, au contraire d’une couche jetable qui finit directement dans la poubelle. Quand bébé est dans les bras, je dépose la couche dans le lavabo pour la rincer dès que possible.

Je prépare toujours les couches avec les tissus éponge dedans dès qu’elles sont sèches. C’est plus facile de le faire en amont. Les couches sont prêtes à être utilisées sous la table à langer et on n’a pas besoin de les préparer quand bébé attend d’être changé !

les-differents-types-de-couches-lavables
3 systèmes de couches en tissu existent.

Notre expérience (concluante ?) des couches lavables

EN RÉSUMÉ pour que le système des couches en tissu fonctionne, il faut que les deux parents décident de l’utiliser. Si vous ne pouvez pas faire appel à un service de nettoyage, il y a du rinçage, du séchage et du montage à faire. Le nettoyage, la machine s’en charge. Petite pensée pour ma grand-mère qui a lavé beaucoup de langes à la main avant d’avoir une machine !!

Une fois que la routine est installée, les couches lavables ne sont pas beaucoup plus contraignantes que des couches jetables, même si elle prenne un peu de temps. On utilise 10-15 couches jetables par semaine et notre poubelle se résume à l’équivalent d’un sachet de 5 litres par semaine, et même si on n’est pas complètement passé au lavable, ce n’est pas si mal pour la planète et le porte-monnaie !

Contrairement à certaines croyances, bébé n’a jamais eu d’érythème fessier à cause des couches lavables. Nous sommes simplement passé aux couches jetables de manière permanente lorsqu’elle a commencé à marcher. L’épaisseur et la place qu’elles prenaient semblaient gêner sa rapidité. Elle aura donc porté les couches lavables pendant 13 mois et nous sommes fiers d’avoir relevé le défi !

Et vous, quelle option avez-vous retenue ? Quelle a été votre expérience ?


Découvrez nos articles consacrés à la famille :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En cochant la case ci-dessous, je confirme que j'ai lu et que j'accepte la Politique de confidentialité